La trousse de secours aux huiles essentielles

Hello les poussins, comme promis aujourd’hui nouvelle publication avec un article invité spécial sur l’aromathérapie ! J’ai demandé à Dominique de Horse Remedy, formée en aromathérapie et herboristerie de nous livrer conseils et astuces sur les huiles essentielles afin d’avoir une petite trousse de secours/à pharmacie pour soigner les maux de dadou en utilisant du 100% naturel, je lui laisse donc la parole !

QU’EST-CE QU’UNE HUILE ESSENTIELLE ?

Aujourd’hui, je voudrais faire avec vous le point sur les huiles essentielles. Fatiguée de toutes les recettes dont nous abreuve Internet, je voudrais vous donner quelques bases afin d’utiliser à bon escient ces petites merveilles que sont les huiles essentielles. NON, les huiles essentielles ne se mélangent pas à l’eau même en secouant vigoureusement ; NON, l’eau bouillante ne permet pas une meilleure dissolution et au contraire tue les principes actifs ; NON, tous les eucalyptus n’ont pas les mêmes bienfaits ; NON, une recette interne ne peut pas être utilisée en cutanée, NON, NON,il est vraiment temps d’arrêter de faire des dégâts.

Tout d’abord, une huile essentielle, qu’est-ce que c’est ? C’est le résultat d’une distillation à la vapeur d’eau ou d’une expression (agrumes) d’une plante médicinale aromatique.

Ces plantes aromatiques contiennent des glandes situées dans divers endroits (aiguilles, bois, fleurs, racines, zestes..) qui sécrètent des essences. Il faut souligner que les huiles essentielles ne contiennent ni vitamines, ni minéraux, ni acides gras à l’instar des essences (agrumes).

 

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI

Pour acheter une huile essentielle de manière correcte, il faut connaitre son appellation latine complète et son chémotype : Le bois de Ho et le ravintsara proviennent par exemple tous les deux du même arbre, ils diffèrent par leur chémotype (molécule chimique majoritaire dont découle les propriétés thérapeutiques) Bois de Ho = cinnamomum camphora linaloliferum

Ravintsara = cinnamomum camphora cineoliferum

Et croyez- moi leurs propriétés sont vraiment différentes.

Tout d’abord les précautions :

  • Zones interdites : les yeux, muqueuses, conduit auditif, zone génito-anale.
  • Toujours diluer dans une huile végétale, JAMAIS pures (bien qu’il y ait quelques rares exceptions)
  • Les effets toxiques se cumulent par toutes les voies d’absorption
  • Il faut ménager une fenêtre thérapeutique entre chaque traitement : 2 semaines de cure, fenêtre thérapeutique de minimum 10 jours, 2 semaines de cure
  • PAS sur les juments pleines, ni les poulains
  • TOUJOURS faire un test sur une petite partie de peau afin d’écarter le problème d’allergie

Certaines huiles essentielles dont la molécule majoritaire est un phénol, un aldéhyde aromatique, cétone ou dione doivent être manipulées avec soin car elles peuvent être très toxiques pour le foie, le système nerveux. Ne jouez pas à l’apprenti sorcier avec celles-là, faites appel à un professionnel !

 

LA TROUSSE DE SECOURS

Après toutes ces mises en garde, nous allons analyser certaines huiles essentielles qui doivent faire partie de votre trousse de secours. Toutes ces recettes sont utilisées par voie cutanée mais sont tout aussi efficaces par voie orale. En effet, les huiles essentielles sont lipophiles (affinité avec la peau) et ont un faible poids moléculaire (elles sont très volatiles). Par conséquent, elles traversent facilement la barrière cutanée et se retrouvent très rapidement dans le sang. Cela permet de ne pas interférer avec le système digestif.

 

Pour le système respiratoire, nous avons :

  • Cinnamomum camphora cineoliferum : le ravintsara (et non le ravintsare)

En prévention des infections virales : 4 gouttes diluées dans de l’huile végétale pendant 10 jours.

Pour les coups de froid, 10 gouttes (exceptionnellement ici) pures en massages sur le thorax

  • Eucalyptus radiata : l’eucalyptus radié

Pour les toux, encombrement des voies respiratoires hautes.

Dilué à 20% dans une huile végétale et frictionner au niveau de la gorge

  • Cupressus semper virens : le cyprès toujours vert

Pour les toux sèche, d’irritation

Dans un peu de miel, diluez 3 à 4 gouttes et faites ingérer (maximum pendant 5 jours)

  • Artemisia dracunculus : l’estragon

Pour les toux d’irritation d’origine allergique

Dans un peu de miel, diluez 4 gouttes à donner 2 fois par jours pendant 5 jours.

 

Pour le système locomoteur, nous avons :

  • Cedrus atlantica : le cèdre d’Atlas

Aide le système lymphatiques : pour les poteaux de Boxe

Incorporer une centaine de gouttes dans votre kilo d’argile

  • Mentha piperita : la menthe poivrée

Enlève la douleur rapidement grâce à son effet glaçon

Dilué à 20%, massez sur la partie douloureuse

  • Gaultheria procumbens : la gaulthérie couchée

Soulage fortement les inflammations, diminue la douleur

Dilué à 10% ,massez la partie douloureuse

  • Eucaluptus citriodora : l’eucalyptus citronné

Soulage les douleurs articulaires

Dilué à 10%, massez la partie douloureuse

  • Helichrysum italicum : l’hélichryse italienne

Pour les coups, les bleus.

Dilué à 20%, massez la partie douloureuse

 

Pour le système tégumentaire (la peau), nous avons:

  • Melaleuca alternifolia : le Tea tree

Pour désinfecter les plaies

Un des seuls à pouvoir être utilisé pur : quelques gouttes sur la blessure

  • Cymbopogom martinii : le palmarosa

Pour les bobos au quotidien

Dilué à 20% et appliquez sur la blessure

  • Pogostemon cablin : le patchouli

Régénérant, cicatrisant, pour les peaux malmenées

Dilué à 20% et appliquez sur les endroits abîmés

  • Lavandula spica : la lavande aspic

Pour les gourmes provoquées par les piqûres d’insectes

Un goutte pure sur la piqure (et oui celle -là aussi pure)

  • Chamomilla recutita : la camomille allemande (très chère mais elle vaut le détour)

Pour tous les problèmes allergiques de la peau, anti purigineuse, aide à la cicatrisation

Diluée à 50% dans une HV, massez la partie concernée

  • Pelargonium graveolens : le géranium rosat

Arrête les saignements, la seule que les cullicoïdes n’aiment pas

Saignement de nez : mettre quelques gouttes sur un coton et insérer le coton dans le nez

Mettre quelques gouttes diluées dans de l’huile végétale et masser le haut de la queue et la crinière chaque soir

 

Pour le système digestif, nous avons :

  • Occinum basilicum : le basilique exotique

Pour les bobos au ventre

Déposez 20 gouttes diluées sur chaque flanc et 20 gouttes sur la colonne vertébrale et massez. Cela vous permettra d’attendre le vétérinaire.

  • Laurus nobilis : Le laurier noble

Peu connue par le public, cette huile essentielle est vraiment une grande dame

Elle combat la putréfaction, elle est désclérosante.

Indispensable pour les fourchettes pourries.

Mettez quelques gouttes pures sur la fourchette.

Ici se termine le tour d’horizon des huiles essentielles à avoir dans sa trousse de secours/à pharmacie ! On vous donne rendez-vous pour un prochain article invité sur un sujet 100% naturel et qui vous intéressera à coup sûr ;-D

Et vous, avez vous déjà utilisé les HE pour soigner dadou ?

Publicités

Une réflexion sur “La trousse de secours aux huiles essentielles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s